Renforcer l’immunité et détoxifier l’organisme : c’est le moment (1ière partie)

Notre thermostat interne est déréglé

Nous entrons dans un autre rythme, l’humidité et la fraîcheur s’installent, la lumière diminue, les jours sont les plus courts de l’année, notre corps et notre moral ont parfois du mal à s’adapter.

Le stress de la rentrée, le manque de sommeil, les écarts alimentaires et la fatigue déjà accumulés jouent un rôle important dans notre état de santé à l’entrée de l’automne.

Du coup, la vitalité diminue et l’on voit poindre les premiers rhumes.

automne feuilles lumineux

En naturopathie, pour stimuler l’immunité, on s’appuie sur les 3 piliers de la santé : l’alimentation, l’exercice physique et l’équilibre neuropsychologique. Je vais aborder ce vaste sujet en 2 parties consécutives :

-          Dans cette première partie, aujourd’hui, nous parlerons d’alimentation et de compléments alimentaires naturels qui soutiennent l’immunité.

-          La deuxième partie abordera les clés de la gestion du stress  et des émotions,  ainsi que l’intérêt et le choix de l’exercice physique.

1-   ALIMENTATION :

 Si vous êtes attiré en ce moment par la saveur sucrée, c’est tout à fait normal car la rate (organe de l’intersaison) a du mal à nous aider dans cette transition un peu plus déroutante qu’à l’accoutumée. Faites-vous plaisir de temps en temps avec un carré de chocolat noir !

 L’ALIMENTATION HYPOTOXIQUE

L’alimentation est importante, car, il ne faut pas oublier, c’est le premier facteur d’encrassement de l’organisme.

  • En premier lieu, si vous n’êtes pas familier de la naturopathie, vous pouvez mettre en place facilement les bases d’une alimentation hypotoxique, c’est-à-dire :
    • une alimentation plaisir
      • variée, 
      • allégée en sucre, sel et graisses animales, frugale mais non drastique
      • la plus naturelle possible
      • avec des produits frais, de saison et locaux
      • surtout avec des végétaux riche en
        •  crudités au début de chaque repas, en légumes crus et cuits,
        • fruits frais (au petit déjeuner et en dehors des repas),
        • acides gras essentiels tels que les huiles d’olive et colza,
        • sucres lents à IG bas : céréales complètes, pain au levain, pommes de terre, chataîgnes . Evitez la prise chronique et importante de sucres à index glycémique élevé; préférez le sirop d’agave, le sucre de bouleau ou de ccoc, xylitol éventuellement.
        • vitamine D, dans les poissons gras : foie de morue et son huile, harengs fumés, maquereaux, sardines, anchois.
        • Veillez à bien mastiquer et prenez vos repas dans le calme.
  • Une alimentation qui nourrit mieux le corps, le cœur et l’esprit.

Pour favoriser l’élimination,

  • boire beaucoup et de façon régulière tout au long de la journée, au moins 1,5 litre par jour.
    •  L’eau source peu minéralisée permet de faire circuler les éléments nutritionnels dont nos cellules ont besoin pour fonctionner ainsi que les déchets dont l’organisme doit se débarrasser.
    • L’eau minérale est réservée pour des cures ponctuelles.
  • Faire une diète sur une journée ou un week end pour alléger la digestion et détoxifier les organes comme les intestins, le foie, les reins, les poumons.
    • Soit vos ne mangez rien de solide, mais de l’eau, des tisanes, des bouillons des jus de fruits dilués et de légumes (pomme, carotte, breuss/ mélange de légumes en coop bio)
    • Soit vous pratiquez une monodiète de saison comme le raisin: achetez un kilo de chasselas et muscat  pour une journée, mangez-en sans limitation de quantité, aussi souvent que vous voulez, buvez beaucoup d’eau de source pure. croquez un grain de raisin sur deux, et mangez une peau sur deux, si vous pouvez.
    • Si vous êtes diabétique, cette cure de raisin  est déconseillée: préférer la consommation de riz complet ou semi-complet ou de pomme de terre froide, et cuite à la vapeur, sur un repas ou une journée par semaine pendant 4 semaines.
    • Et surtout marchez, oxygénez-vous. Faites des longues nuits réparatrices: qui dort dine!
  • Regain de vitalité assurée!
nature-desktop-wallpaper-fall

Sur le chemin de la santé

DES ALIMENTS POUR RENFORCER LES DÉFENSES IMMUNITAIRES 

  • Pour stimuler les défenses immunitaires, il semble que certains légumes soient plus efficaces que d’autres. Ce serait le cas des champignons, notamment les shiitakes et les pleurotes. L’ail, l’oignon et les échalotes
  • Rajouter aussi dans vos plats du gingembre frais et de l’oignon cru. Egalement de l’ail, des échalotes, de l’origan, du curcuma avec du poivre qui sont aussi à privilégier pour leurs propriétés antimicrobiennes.
  • Privilégier les aliments qui contiennent  du magnésium: Certaines études indiquent que le chlorure de magnésium stimule les globules blancs.
    • On trouve du magnésium dans d’autres épices (graines de cumin, de coriandre, curry, aussi gingembre frais ou moulu…), mais aussi les sardines à l’huile, les fruits de mer, les escargots, le cacao, le café, le chocolat noir à 70 % de cacao ou plus, les noix de cajou, les amandes, les pains et riz complets, le tofu : Action antifatigue

 

2 ÉQUILIBREZ VOTRE FLORE INTESTINALE

 

C’est au niveau intestinal que se trouvent les éléments responsables de la défense de l’organisme;

Un transit perturbé est le signe que l’intégrité de la barrière intestinale est menacée, ne laissez pas s’installer cela comme un état de fait, agissez ! Soignez vos trubles du transit, c’est essentiels pour ne pas tomber malade. Et faites une cure de glutamine et probiotique des l’automne.

 

Le système immunitaire a besoin de vitamines. Les vitamines A, C et E, ainsi que des oligoéléments comme le zinc ou le sélénium, apportés par l’alimentation, sont nécessaires aux cellules immunitaires. Par exemple, l’acide rétinoïque, précurseur de la vitamine A, régule la production et la fonction des lymphocytes T. La vitamine C, elle, est indispensable aux cellules qui captent et détruisent les microbes et aux lymphocytes T. Aussi, quand des anomalies de la flore intestinale modifient l’assimilation des nutriments, les médecins peuvent conseiller la prise de vitamines (vitamine C en particulier).

 

3. S’AIDER DE PLANTES, DE COMPLÉMENTS ADAPTOGENES ET STIMULANT L’IMMUNITE

pour le détail, voir l’autre article dans les actualités sur le sujet: Bienfaits des plantes adaptogènes en saison froide

  • UNE VÉRITABLE REMÈDE DE TERRAIN : Le chlorure de Magnésium

Qu’est-ce qui coûte deux euros en pharmacie et soigne presque tout ? Le chlorure de magnésium !

Contre la fatigue, le manque de tonus, la constipation, l’irritabilité, les angines blanches ou rouges, la grippe, la fièvre, le stress, les plaies, la liste de ses vertus est longue !

Et pour cause, le chlorure de magnésium est un véritable « remède de terrain » qui agit sur le système nerveux, un système fondamental pour conserver la santé.

Pour bénéficier de ses bienfaits, en prévention, il suffit de diluer une petite cuillère à café le matin, à jeun, dans un verre d’eau, éventuellement avec quelques gouttes de citron pour le gout. On prend son petit déjeuner un quart d’heure après. Pour la posologie en cas de troubles aigus, l’avis du naturopathe et du médecin sont conseillés.

Une seule contre indication: atteinte rénale

echinacea-angustifolia-herb-img

  • LA PHYTOTHÉRAPIE: DES COMPLÉMENTS ADAPTOGÈNES, STIMULANTS Immunitaires
    • Un complexe « Antioxydant »  plus simplement de la vitamine C à action prolongée (Solaray ou Solgar ou Nature’s Plus) à prendre selon indications du flacon
    • « L’ Echinacée » (Solaray) : 2 gélules aux trois repas
    • « L’Ashwagandha » (diverses marques) ; sauf hyperthyroïdie avérée.
    • Le Ginseng, racine provient d’Asie. Elle aide l’organisme à s’adapter lors des changements de saisons et à renforcer les défenses immunitaires à l’approche de l’hiver
    • La Rhodiola rosea et le schisandra sont censés soutenir le système immunitaire.
    • Le shiitaké  aide à combattre les rhumes, grippes et autres attaques virales, en stimulant le système immunitaire. Les propriétés antivirales sont attribuées au polysaccaride létinine, qui aide à combattre le cancer en stimulant les cellules-T et les macrophages, qui neutralisent et éliminent, en les phagocytants, les antigènes étrangers dans l’organisme. La létinine aide également l’organisme à produire de l’interféron, un groupe de protéines accompagnant les globules blancs, impliqués dans la lutte contre les attaques virales.

 

Existe-t-il des risques à stimuler les défenses immunitaires avec des plantes ?

- Les plantes ci-dessus sont contre-indiquées chez les personnes souffrant de maladies auto-immunes (au cours desquelles le système immunitaire attaque l’organisme de la personne). D’une manière générale, les personnes sous traitement de longue durée devraient toujours prendre un avis médical avant d’utiliser ce type de plantes.

- Le shiitaké et le maïtaké peuvent provoquer des troubles de type allergique ou digestif.

- Le ginseng et le reishi sont déconseillés aux personnes qui prennent des médicaments anticoagulants ou qui vont subir une intervention chirurgicale.

 

L’OLIGOTHERAPIE :

Les oligoéléments sont des minéraux indispensables parce qu’ils permettent à notre organisme de réaliser toutes les transformations biochimiques nécessaires à l’équilibre de nos cellules. Ils sont présents en petite quantité et stimulent des enzymes, outils indispensables à ces transformations. Sans eux, ces outils enzymatiques resteraient au repos, et les cellules ne fonctionneraient pas.

  1. Cuivre, or, argent :  Ces minéraux, peu présents naturellement dans l’organisme, nous donnent un coup de pouce pour lutter contre les virus ou les coups de mou au cœur de l’hiver. Avant 65 ans, c’est plutôt le trio cuivre-or-argent qui est utilisé pour contrer virus (rhume, grippe, gastro…) et bactéries. Le cuivre est à la fois antiviral et antibactérien, l’or stimule l’action des globules blancs et l’argent est plutôt bactéricide.
  2. Zinc : Oligo-élément nécessaire au bon fonctionnement des cellules de l’épiderme, il aide la peau à cicatriser et favorise le traitement de nombreux problèmes de peau (psoriasis, acné, infections de la peau). Cet oligo-élément agit sur la respiration, le système endocrinien,l’immunité, la reproduction et il a des vertus anti-oxydantes et anti-inflammatoires..

 

  • AROMATHÉRAPIE: LES HUILES ESSENTIELLES
  • la N°1 est l’huile essentielle de RAVINTSARA : Parmi ses propriétés, le RAVINTSARA est un antiviral exceptionnel, il aide à remonter les défenses immunitaires. C’est également un anticatarrhal, un expectorant, il dégage les voies respiratoires. C’est donc une huile toute indiquée pour cet automne.Utilisez-la en usage externe en l’appliquant localement sur les poignets ou la poitrine sans toucher les mamelons : de 6 à 8 gouttes 4 fois par jour pour un adulte.

 

    • D’autres huiles essentielles sont reconnues pour le système immunitaire s: l’eucalyptus radié, le niaouli, le tea tree, le thym à thujanol, l’origan compact, le clou de girofle, la cannelle.

Attention, par mesure de précaution, les huiles essentielles sont déconseillées aux jeunes enfants et aux femmes enceintes ou allaitantes. Je vous conseille de consulter un aromathérapeute ou un naturopathe pour avoir les dosages précis ajustés à votre personne.

 

Portez-vous bien et…

La suite: « IMMUNITÉ, STRESS, EMOTIONS, EXERCICE PHYSIQUE », le 15/10/18, notez-le dans votre agenda.

Avertissement :

Les informations données dans cet article sont indicatives, non exhaustives.

Elles ne remplacent pas une consultation médicale et/ou un bilan naturopathique individualisé ; Elles n’engagent pas la responsabilité de l’auteur, quant à leur mise en pratique.

Si vous souhaitez un conseil personnalisé, n’hésitez pas à prendre un rendez-vous.

Anne BONNIN.


[1] Ne dépasser pas 10 jours d’application car sinon vous risquez de faire des insomnies, bien que cette huile soit conseillée pour les insomnies